[Interview] Qu’est-ce que l’accessibilité numérique ?

1 commentaire

Publié le 11 juin 2015 par Sébastien Delorme

Je viens à l’instant de tomber sur cette interview, filmée il y a trois ans… Comme nous ne l’avions pas encore partagée, et que le contenu reste d’actualité, nous la partageons ici (transcrite et sous-titrée bien sûr).

Transcription

Je suis Sébastien Delorme, consultant associé dans un cabinet de conseil en accessibilité numérique, qui s’appelle Atalan. Mon rôle au quotidien c’est d’aider et d’accompagner des entreprises dans la prise en compte de l’accessibilité numérique sur des projets web ou informatiques en général.

Qu’est-ce que l’accessiblité numérique ?

Pour moi, ce serait principalement de vraiment rendre accessibles les informations et les fonctionnalités à tous les utilisateurs. On parle souvent de handicap, mais c’est pour moi beaucoup plus large que ça, c’est vraiment à tous les utilisateurs. Et quel que soit leur moyen d’accès à l’information qui est aujourd’hui de plus en plus diversifié, puisque ça passe par des téléphones… On parle assez traditionnellement du frigo qui va sur internet par exemple.

Donc l’idée c’est vraiment ça, c’est toutes les personnes qui potentiellement utilisent l’informatique ou qui pourraient utiliser l’informatique. Le fait de rendre accessible tout ça, pour tous.

Projet prenant en compte l’accessibilité numérique

Ce qui est assez intéressant et ce que je constate assez régulièrement c’est que les projets où on prend en compte l’accessibilité numérique — au moins avec les personnes avec qui on travaille — sont des projets qui de plus en plus sont orientés vers les utilisateurs. C’est à dire qu’on passe, et on en fini un peu avec cette tendance où on veut rendre accessibles les sites institutionnels. Et finalement on se retrouve de plus en plus avec des vraies applications et des vrais logiciels qu’utilisent les personnes pour le quotidien et pour leur travail.

Dans les projets assez récents, c’est une application e-learning faite par Thales, qui justement est en présentation aujourd’hui sur la conférence. On a commencé à développer une application de formation autour du handicap, du management autour du handicap, et l’énorme intérêt c’est de la rendre aussi accessible à tous. Donc, ça passe par de la vidéo accessible, des logiciels, des jeux, des quizz qui sont accessibles à tous les utilisateurs quels que soient leurs handicaps et leurs ordinateurs. C’est un projet qui est en partenariat avec des universités. C’est d’autant plus intéressant que ce sera utilisé par d’autres personnes au-delà de l’entreprise Thales.

Je ne vous cache pas que ça a été assez compliqué, parce qu’on est sur un domaine où l’accessibilité est assez récente. On a rarement pris en compte ce sujet là sur des applications e-learning. Il a fallu modifier des logiciels, revoir des choses techniquement qui étaient pas conçues…

Mais l’énorme force c’est que c’est un premier pas et je pense que dans les années à venir on aura beaucoup plus de possibilités pour pouvoir faire de l’e-learning accessible, plus facilement. Un petit peu comme ce qui a été fait il y a quelques années dans le secteur du e-recrutement, où il y a trois ans, quand on se posait la question de l’accessibilité des sites e-recrutement, on n’avait malheureusement pas beaucoup de réponses. Et à force de se pencher sur la question, aujourd’hui la plupart des entreprises ont des sites e-recrutement accessibles grâce à des évolutions assez récentes dans les acteurs du marché.

Difficultés, pièges, bonnes pratiques, facteurs clés de succès

Les pièges c’est souvent les plus faciles à remonter puisque… On les rencontre vraiment assez régulièrement et c’est ceux qui font le plus mal. C’est effectivement la prise en compte de l’accessibilité un peu tardive dans un projet. C’est de se dire qu’on a commencé à lancer un projet numérique, et puis, à mi-chemin, à mi-parcours, parfois à la fin on se dit, « mais quid de l’accessibilité ? ». Donc ça c’est vraiment l’erreur : c’est de prendre en compte à mi-parcours ou à la fin. Parce qu’effectivement, et de manière forcée, ce sera beaucoup plus cher de prendre en compte l’accessibilité sur de l’existant.

C’est comme pour un bâtiment qui existe déjà et qui a été construit. Placer un ascenseur c’est très compliqué, alors que si il est là sur les plans quand on construit le bâtiment c’est beaucoup plus simple. C’est assez facile à dire, plus difficile à appliquer mais c’est vraiment le piège à éviter.

Dans les facteurs clés de succès, je pense que c’est la répartition de l’accessibilité auprès des différents acteurs qui interviennent sur une chaîne de production. Aujourd’hui on a souvent tendance à vouloir faire prendre en compte l’accessibilité par les développeurs ou les techniciens. Certes ils ont leur rôle à jouer là dedans, mais un chef de projet, un graphiste qui conçoit graphiquement une application ou un site web doit aussi se préoccuper de l’accessibilité. Donc l’idée c’est vraiment de sensibiliser toutes les personnes à ce sujet là, sans forcément les rendre experts en la matière, mais qu’à leur échelle et dans leur quotidien, elles rendent les choses accessibles.

Ces facteurs clés de succès qu’on a identifiés dans des projets, on est en train de les écrire et de les publier sous un format libre. Don en fait on a réuni un certain nombre d’entreprises avec Atalan, qui justement nous aident à formaliser toutes les bonnes pratiques à respecter à chaque instant dans la conception d’un site web.

  • Que doit faire un graphiste quand il designe une application ?
  • Que doit faire un développeur quand il la développe ?
  • Que doit faire un contributeur quand il y publie des informations ?

Tout ça devrait être publié assez prochainement courant juin, donc très très bientôt.
C’est un projet qui s’appelle AcceDe Web, c’est un projet libre, open-source. L’idée c’est de publier toutes ces bonnes pratiques, par profil, en juin et de les partager à tous, pour justement en faire profiter tous les acteurs du numérique

Vos commentaires

Ajouter un commentaire

Les champs avec astérisque (*) sont obligatoires.

Haut de page