Ateliers de sensibilisation au handicap

Commenter

Publié le 2 août 2013 par Sébastien Delorme

Lorsque nous intervenons sur des projets pour la prise en compte de l’accessibilité, nous accordons une importance toute particulière à la sensibilisation au handicap des intervenants. Cette sensibilisation permet de changer de regard sur le handicap, de convaincre et mobiliser les équipes.

Ainsi, depuis plusieurs années et de manière beaucoup plus large, Atalan travaille avec les Missions Handicap et avec les départements Ressources Humaines des entreprises pour faciliter l’intégration des personnes handicapées en entreprise. Nous proposons des ateliers créés à partir d’un constat : les principaux obstacles que rencontre une personne handicapée quand elle cherche du travail sont les préjugés, l’ignorance et la peur.

Ateliers accessibilité numérique, autonomie au quotidien, communication non verbale, dyslexie, handicap invisible, etc., nous proposons aujourd’hui de nombreux ateliers de sensibilisation au handicap (externe).

Retour en vidéo sur les ateliers de sensibilisation animés chez SPIE


Transcription

Voix-off : ils ne font pas souvent part de leurs difficultés et tous ceux qui les fréquentent savent que les personnes handicapées en milieu professionnel sont des collaborateurs aussi efficaces que les autres encore faut-il que l’entreprise sache les comprendre et leur donner les moyens de passer outre leur handicap. C’était là tout l’objectif de la journée de sensibilisation, organisée par SPIE à l’intention des salariés du groupe. Une journée orchestrée par la Direction de la Communication.

Pascal Omnès, directeur de la Communication, SPIE SA : l’organisation d’une journée comme celle-ci c’était l’occasion d’une part de se retrouver et de découvrir les différentes formes de handicap, de dédramatiser le sujet, d’en parler de façon assez ouverte, de voir un petit peu qu’il existe quantité de choses qui permettent de pallier le handicap dans la vie quotidienne mais aussi au travail.

Nous avons mis en place donc un certain nombre d’ateliers sensoriels pour effectivement faire découvrir à chacun l’importance des différents sens et comment finalement, sans que nous nous en rendions compte, nous les utilisons très très mal.

Voix-off : alors pour en prendre pleinement conscience, rien ne vaut l’expérimentation.

Cédric Ben Ammar, animateur, Atalan : le buste en arrière. On passe, on passe. Et après, on se retrouve à descendre.

Patrick Lassalle, responsable du Développement des Ressources Humaines, SPIE SA : ça peut sembler simple et évident, mais une fois qu’on est dedans, qu’on est dessus, c’est moins évident qu’il n’y parait. Le fait que l’on est handicapé, ne veut pas dire qu’on n’a pas de compétences professionnelles, il faut arriver à intégrer ces personnes dans l’environnement de travail.

Voix-off : un discours très pédagogique donc qui prouve à quel point l’accessibilité en entreprise est importante. Si certains n’ont qu’une mobilité réduite d’autres, comme Nadia, n’ont que les gestes pour s’exprimer mais grâce à un service de traduction en ligne de la langue des signes, Nadia participe désormais à des réunions.

Nadia B., SPIE Nucléaire : c’est Tadéo, on l’utilise pour le libre accès à la communication pas que pour les sourds, c’est aussi, bien sûr, pour le monde des entendants, c’est un partage entre l’échange entendant et sourd.

Voix-off : surmonter le handicap c’est aussi s’équiper d’accessoires ingénieux pour faire face à la vie quotidienne, un doigt artificiel pour lire ou une seconde main pour ouvrir une bouteille, on peut même passer un fil dans une aiguille.

Séverine Harrault, animatrice, Atalan : en fait, quand je l’actionne, ça va pousser le fil qui est dans la rainure, ça le pousse dans le chas de l’aiguille.

Sylvie Goldfain, animatrice, Atalan : vous allez pouvoir beaucoup plus simplement manger avec une seule main et éventuellement vous avez un petit tapis antidérapant. C’est simple à amener, vous pouvez continuer à avoir une vie sociale, vous pouvez aller au restaurant, aller chez des amis.

Aminata S., SPIE SA : je pensais pas qu’il y avait autant de moyens, autant de choses qui ont été déployées pour les personnes en situation de handicap. C’est vraiment… Enfin par exemple juste pour la bouteille, j’aurais jamais pensé que ça existerait un instrument de cette sorte. Je trouve ça génial.

Voix-off : travailler en aveugle ce n’est pas pour autant faire n’importe quoi, là encore un collaborateur handicapé peut faire confiance à tous ses autres sens. La preuve dans ses ateliers, avec un peu d’entraînement, les participants parviennent à surmonter leurs épreuves.

Aminata S. : c’est des odeurs qu’on a mais il faut les avoir en tête c’est plus compliqué, il y a un effort vraiment à faire, et on ne se rend pas compte, vraiment, du tout, mais pas du tout, et je comprends beaucoup mieux maintenant ce qu’ils ressentent.

Voix-off : alors c’est quoi ?

Un participant aux ateliers : pêche.

Voix-off : en matière d’équipements adéquats permettant l’intégration de collaborateurs handicapés, Spie n’est pas à la traine. Le Groupe a même développé son propre bureau ergonomique et l’ensemble de ses publications multimédia sont accessibles aux personnes malvoyantes ou malentendantes. Une envie de communiquer partagée par tous les salariés très intéressés, visiblement, par la langue des signes.

Antoine Bonnet, animateur, Atalan : on va essayer d’écrire son prénom avec l’alphabet de la langue des signes. Lancez-vous, faut se lancer. Et on montre bien, notamment pour la A et le S, regardez les doigts ils sont bien serrés.

Gérard V., SPIE Nucléaire : c’est assez extraordinaire de voir la richesse de vocabulaire que l’on peut avoir en utilisant simplement les mains. Oui c’est un peu une découverte.

Gilles Landry, directeur Prévention Santé Sécurité, SPIE SA : ça permet de démystifier un certain nombre de craintes ou d’appréhensions qu’on pourrait avoir sur le fait de travailler avec des personnes qui sont en situation de handicap.

Alexandra R., SPIE SA : là c’est du concret, j’ai appris plein de choses et ça m’a ouvert l’esprit sur comment la situation de handicap peut être appréhendée positivement dans l’entreprise.

Fabio Di Mario, directeur du Développement des Ressources Humaines, SPIE SA : la diversité c’est un facteur de développement pour l’entreprise. Finalement on se rend compte qu’on est tous différents. On est tous différents parce qu’il y en a un qui travaille aux RH, qui travaille à la finance, qui a une nationalité, qui est d’une filiale, qui est d’une autre mais c’est de la diversité que finalement on se rend compte qu’on a des choses à prendre des autres et des choses à donner donc on est obligé de se remettre en question quelque part on devient meilleurs. Et donc c’est pour ça, que nous avons la chance de travailler chez SPIE car c’est une entreprise qui s’est engagée sur la diversité nous devons profiter de cet engagement pour finalement faire ce qu’on dit chez SPIE, unir nos différences.

© Direction de la communication – SPIE 2012.

Ajouter un commentaire

Les champs avec astérisque (*) sont obligatoires.

Haut de page